Si le CH échange Tatar, c’est maintenant ou jamais

Se trouvant à dix points de la dernière place donnant accès aux séries éliminatoires au retour de la pause du Match des étoiles, le Canadien de Montréal risque de liquider plusieurs de ses actifs en ce dernier droit de calendrier.
Tomas Tatar est l’un des joueurs du Tricolore faisant les choux gras des rumeurs de transaction. Cette saison, le Slovaque est en voie de connaître sa meilleure campagne en carrière, ayant récolté 17 buts et 26 passes en 50 rencontres.
Alors que son contrat arrivera à échéance à la fin de la campagne 2020-2021, la valeur marchande de Tatar risque de ne jamais être aussi élevée qu’actuellement. C’est pourquoi la Sainte-Flanelle pourrait être tentée de se départir des services de Tatar dans les prochaines semaines.
À l’attaque, bien que Tatar se hisse au rang de meilleur pointeur chez le Canadien et qu’il est en voie d’atteindre des sommets en carrière sur le plan individuel, l’attaquant slovaque présente de moins bonnes statistiques quant aux données quantifiant l’impact offensif d’un hockeyeur.
Pour un même temps d’utilisation, Tatar se trouve moins régulièrement en possession du disque et il est à l’origine d’un moins grand nombre de chances de marquer. Ceci est attribuable au fait que le numéro 90 décoche moins de tirs depuis l’enclave et qu’il est beaucoup moins incisif au moment de distribuer la rondelle en zone offensive.
La seule véritable catégorie offensive pour laquelle Tatar tire son épingle de jeu, comparativement à la campagne précédente, est la fréquence à laquelle il complète une passe menant à un lancer sur réception, ce qui se traduit généralement par une chance de marquer de qualité.
Alors, comment expliquer la récolte offensive accrue de Tomas Tatar cette année? Par la contribution bonifiée de ses partenaires de jeu.
Depuis son arrivée dans la métropole, l’intervalle de temps requis pour que Tatar parvienne à faire scintiller la lumière rouge n’oscille pas réellement. Encore plus révélateur, les algorithmes soulignent que Tatar devrait normalement inscrire un nombre identique de buts pour un même intervalle de temps, en considérant le nombre et la qualité de ses tirs, lors des saisons 2018-2019 et 2019-2020.
Les statistiques avancées suggèrent que Tatar ne soit pas en surchauffe, mais que sa récolte offensive améliorée soit imputable à d’autres facteurs.
Au moment d’analyser la production offensive du Slovaque, il apparait que ce n’est pas son nombre de buts qui est en hausse, mais plutôt son nombre de passes récoltées.
La principale explication à ce chapitre s’avère que le CH inscrit davantage de buts lorsque Tatar est sur la patinoire cette saison. Pour chaque tranche de 20 minutes jouées dans ces circonstances, le Tricolore marque 0,28 but supplémentaire, ce qui est un écart gigantesque.
Il en résulte que Tatar amasse davantage de passes, car ses coéquipiers semblent désormais en mesure de capitaliser même si le Slovaque n’est pas au cœur de l’action menant au but. La donnée la plus probante à cet égard est que 64 % des mentions d’aide enregistrées par Tatar en 2018-2019 ont directement mené à un filet du Canadien, comparativement à peine 36 % pour cette saison.
Si Tatar souhaite noircir la feuille de pointage, il n’a plus forcément à être l’acteur principal de l’action menant à un but. Contrairement à l’an dernier, le Slovaque récolte des points sur des séquences pendant lesquelles il n’a pas été le porteur du disque dans les quelques secondes précédant un but.
Conséquemment, la production offensive bonifiée de Tatar ne s’explique pas par un meilleur rendement du principal intéressé. Ce sont plutôt ses partenaires de jeu qui brillent davantage cette année et le Slovaque en récolte les fruits.
Tomas Tatar est un joueur extrêmement complet, performant en zone offensive et responsable défensivement. Il en résulte que le Tricolore a généralement l’avantage sur ses adversaires lorsque le numéro 90 est sur la patinoire.
Cette saison, cette réalité est exacerbée ce qui témoigne toujours du rendement amélioré des partenaires de jeu de Tatar.
Tomas Tatar semble encore avoir plusieurs bonnes saisons en réserve et Montréal ne doit pas forcément l’envoyer sous d’autres cieux. Cependant, si l’organisation craint de ne pas être en mesure de prolonger le séjour de Tatar avec le club, c’est le moment ou jamais pour le transiger.
Sur le plan individuel, Tatar ne tire pas particulièrement son épingle du jeu comparativement à ses saisons antérieures, alors que son rendement accru s’explique principalement par la contribution de ses coéquipiers. C’est pourquoi la valeur marchande de Tatar est immanquablement à son apogée et que le CH n’obtiendra probablement jamais un meilleur retour qu’aujourd’hui sur cet investissement.
 

Read more: http://www.rds.ca/hockey/canadiens/sport...

Actual news in your location


Similar news

Schmid n'a « pas du tout » peur de reprendre 0 0 0
Un défenseur convoité chez les Maple Leafs 0 0 0
Dix cas positifs en D1 et D2 allemandes 0 0 0
Trout perd plus de 200 000$ par match 0 0 0
Ronaldo a des doutes sur la reprise 0 0 0
Le légendaire entraîneur Don Shula est mort 0 0 0
Officiel: Melnichuk passe du côté des Sharks 0 0 0
Cowboys : Rush libéré au profit de Dalton 0 0 0
Entraînements individuels pour Benfica et Porto 0 0 0
COVID-19 : Clavel honorée avec Pacquiao 0 0 0