Michael Garrison s'impose en Abitibi

Les Américains ont volé la vedette lors de cette seule tranche de la Coupe des nations Hommes juniors de l’UCI présentée en Amérique du Nord. Sans suspense, le maillot brun de meneur a été remis à l’Américain Micheal Garrison. Du début à la fin du tour, il n’a donné aucune chance aux autres coureurs remportant la première et la troisième étapes de la compétition.
Son coéquipier au sein de l’équipe nationale américaine, Matthew Riccitello, a mis la main sur le maillot bleu remis au meilleur coureur de première année chez les juniors. Un autre Américain, Luke Lamperti, a remporté le maillot à pois remis au meilleur grimpeur du Tour. Finalement, Lucas Bourgoyne a ajouté le maillot vert de meilleur sprinteur à la collection de l’équipe nationale américaine.
Pour une neuvième année de suite, c’est un coureur de l’équipe nationale américaine qui a remporté le maillot brun.
Belle performance du Québec
Les six coureurs de la délégation québécoise peuvent dire mission accomplie à l’issue de la 51e édition. Lukas Carreau, a protégé sa troisième place au classement général dimanche. Il est devenu ainsi le premier Québécois depuis Olivier Brisebois en 2013, à terminer sur le podium lors du Tour de l’Abitibi.
Positionné dans le peloton tout au long de l’étape longue de 118,7 kilomètres, Lukas Carreau s’est assuré de garder les yeux rivés sur le Canadien Jacob Rubuliak. Le bon travail de ses coéquipiers en tout début de course a joué un rôle déterminant sur le résultat final pour le représentant du maillot fleurdelisé. Selon le directeur sportif de l’équipe du Québec, Éric Van Den Eynde, il s’agit avant tout d’une victoire d’équipe.
« Quand les jeunes ont levé les bras à la ligne d’arrivée comme s’ils venaient de gagner l’étape, c’était vraiment beau à voir! Ils ont grandi tout au long de la semaine. Ils ont été forcés de se faire confiance pour lancer des actions afin de protéger la place de Lukas [Carreau]. Cette équipe était tissée serrée, c’est ça qui a fait toute la différence », a expliqué l’entraîneur de l’équipe du Québec.
Devant la plus longue édition jamais présentée dans le cadre du Tour de l’Abitibi, la distance de 676,6 kilomètres n’a pas été un handicap pour les six représentants de la délégation québécoise. Selon Éric Van Den Eynde, ce n’était pas un facteur pour les équipes présentes.
« Pour nos gars, ça n’a eu aucun impact. Ils étaient très bien préparés pour ce genre de courses. Si je me fie aux autres coureurs présents, pas mal tous les coureurs étaient prêts. Je n’ai pas vu beaucoup d’athlètes être lâchés par le peloton », a ajouté Éric Van Den Eynde.
Pour une cinquième fois lors de cette édition du Tour de l’Abitibi, c’est finalement un représentant de l’équipe nationale américaine qui a traversé la ligne d’arrivée en premier dimanche. L’Américain Gianni Lamperti a amorcé son sprint au début du dernier tour pour finalement distancer les deux coureurs qui se trouvaient dans l’échappée avec lui.  Profitant d’une avance confortable dans les derniers mètres, l’Américain a mis la main sur la victoire d’étape devançant ainsi le Canadien Riley Pickrell (équipe du Canada) et son frère, Luke Lamperti (équipe nationale américaine).  
Après sa victoire au Tour d’Irlande junior la fin de semaine dernière, le Québécois Nicolas Rivard (Desjardins Ford) peut être satisfait de sa performance cette semaine. Le porte-étendard de la formation Desjardins Ford a terminé la compétition en septième place au classement général avec un retard de 2 minutes 29 secondes sur le champion américain.
La présentation au Québec de la seule tranche de la Coupe des nations Hommes Juniors de l’UCI en Amérique du Nord, permet aux coureurs québécois d’acquérir une expérience unique. Malgré le retrait des cinq équipes internationales en début de semaine, le calibre de la compétition était encore une fois très relevé selon le directeur général de la Fédération québécoise des sports cyclistes, Louis Barbeau.
« Pour nos athlètes québécois, le fait de courir lors du Tour de l’Abitibi, c’est une chance en or pour eux de se mesurer à l’élite mondiale. Les événements de cette envergure se font rares chez les juniors. Le Tour de l’Abitibi, c’est un événement de développement exceptionnel pour la relève cycliste au Québec. La présence de l’équipe française, la délégation danoise et l’équipe nationale américaine, c’est difficile de demander mieux comme calibre de coureurs pour offrir une compétition relevée à nos juniors », a tenu à souligner le directeur général de la Fédération québécoise de sports cyclistes.

Read more: http://www.rds.ca/cyclisme/michael-garri...

Actual news in your location


Similar news

Kashmir: Many restrictions remain after Indian government promises to restore access 0 0 0
Un ancien de la NFL décède à l' âge de 36 ans 0 0 0
Francfort s'impose et attend Strasbourg 0 0 0
Rick Zamperin: Ticats are winning but jury is still out on QB Dane Evans 0 0 0
Miocic récupère sa ceinture ; Diaz n'est pas rouillé 0 0 0
Jozy Altidore garde le TFC collé à l'Impact 0 0 0
Les Tiger-Cats et la suprématie dans l'Est 0 0 0
Effondrement pour l'Impact en fin de match 0 0 0
Child marriage in Canada means country's efforts to end it abroad are 'insincere': researcher 11 11 666
James Comey says Trump's presidency is like a 'forest fire' 0 0 666