Isner applaudit le bris d'égalité à Wimbledon

LONDRES – L'Américain John Isner, qui a participé au plus long match de l'histoire du tennis contre Nicolas Mahut, a applaudi dimanche l'instauration des bris d'égalité à Wimbledon dans le dernier set l'année prochaine, si le score atteint 12-12.
« J'ai déjà dit qu'à 12 jeux partout c'était bon (pour jouer un bris d'égalité) et mon opinion n'a pas changé », a déclaré le joueur de 33 ans au micro de la BBC Radio Five.
Vendredi, le All England Lawn Tennis Club a annoncé que l'édition 2019 sera la première avec des bris d'égalité dans le dernier set, lorsque le score de la manche atteint 12-12.
Isner est un habitué des matchs marathons. Lors de l'édition 2010, il avait battu Mahut 70-68 dans le dernier set. À ce jour le match le plus long de l'histoire du tennis professionnel, disputé en plus de 11 heures de jeu, étalées sur trois jours.
Cette année, à Londres, il avait perdu sa demi-finale contre le Sud-Africain Kevin Anderson en 6 h 36, cette fois 26-24 dans la dernière manche. Les deux joueurs s'étaient alors plaint de l'organisation du tournoi et avaient milité pour l'instauration d'un bris d'égalité au cinquième set.
La demi-finale de Djokovic contre Rafael Nadal, également disputée en cinq sets, avait ensuite dû être jouée sur deux jours à cause de la durée du match Anderson-Isner.
« Cette année, Wimbledon a vraiment été la cause (de ces matchs à rallonge) avec un programme qui a gâché les demi-finales homme et la finale femme », a regretté Isner.
« C'est contraire à la tradition mais je pense que beaucoup de gens pensent que ce n'est pas une mauvaise chose », est convaincu l'actuel 10e joueur mondial.
Un jeu décisif est normalement disputé lorsque le score atteint 6 jeux partout, sauf dans la manche décisive (cinquième pour les hommes en Grand Chelem, troisième pour les femmes) où la partie se poursuit jusqu'à ce qu'un des joueurs obtienne un avantage de deux jeux. Les Internationaux des États-Unis étaient jusqu'ici le seul tournoi du Grand Chelem à faire jouer un bris d'égalité dans le dernier set.
Isner espère que la décision du tournoi anglais amènera les deux autres tournois du Grand Chelem, les Internationaux d'Australie et Roland-Garros, à faire de même.
« Peut-être qu'en voyant Wimbledon agir comme cela, ça pourrait les pousser à le faire également », a-t-il dit. Puis l'Américain a suggéré une idée aux organisateurs : « Ils pourraient l'appeler la règle Isner ».

Read more: https://www.rds.ca/tennis/tennis-john-is...

Actual news in your location


Similar news

Une soirée à oublier pour Halak et Rask 0 0 0
Membership in Mafia ‘better than gold,’ landmark trial of two mobsters hears 0 0 0
Hayton s'illustre, Suzuki discret c. la Russie 0 0 0
Les Tigres malmènent les pauvres Sea Dogs 0 0 0
Florida Doctor Maureen Pacheco Removes Maureen Pacheco's Kidney Assuming It Was A Tumour 0 0 666
Jason Maas sera de retour l'an prochain 0 0 0
Strangers fire shotgun through woman's door, leave her blind in one eye 0 0 666
Goydos et Petrovic mènent à la Coupe Charles-Schwab 0 0 0
«Je me suis réveillée et quelqu'un m’étranglait très fort» 0 0 0
James Comey says Trump's presidency is like a 'forest fire' 0 0 666