Des adieux rêvés pour Fernando Torres

Deux buts et l'ovation de tout un peuple : Fernando Torres a vécu dimanche des adieux rêvés pour son ultime match avec l'Atlético Madrid, faisant trembler une dernière fois les filets contre Eibar (2-2) lors d'une 38e journée sans enjeu en Championnat d'Espagne.
Portant le brassard de capitaine au stade Metropolitano, « El Niño » a marqué d'un plat du pied en contre (43e) puis d'un petit ballon glissé après avoir feinté le gardien (60e). Et malgré les buts basques signés Kike Garcia (35e) et Ruben Peña (70e), ou l'exclusion du Français Lucas Hernandez (64e), Torres a pu communier en beauté avec ses supporters, quatre jours après le sacre décroché mercredi en Ligue Europa.
L'avant-centre espagnol (34 ans), en manque de temps de jeu cette saison, compte rebondir ailleurs. En attendant, il a réussi sa sortie, marquant ses 128e et 129e buts -en 404 matchs- sous le maillot « rojiblanco ». Et ses partenaires lui ont fait une haie d'honneur à la fin de la rencontre.
Le résultat est anecdotique puisque l'Atlético était déjà assuré de la deuxième place (79 pts) derrière le champion Barcelone (1er, 90 pts) et devant le Real Madrid (3e, 76 pts), son voisin et rival.
Le déroulé de cette journée restera sans doute gravé dans la mémoire de Torres, formé au club, parti en Angleterre en 2007, à Liverpool puis à Chelsea, avant de revenir en grande pompe en 2015 pour connaître enfin cette semaine la consécration d'un titre avec l'Atletico.
Torres enlacé, Griezmann sifflé
« Un Niño devenu une légende », pouvait-on lire sur le tifo déployé par le stade Metropolitano avant la rencontre, tandis que Torres, entré sur la pelouse escorté par des joueurs d'Eibar, soulevait la C3 conquise mercredi en finale contre Marseille (3-0).
Son dernier match a été à la hauteur de la trace qu'il laissera à l'Atlético: juste avant la pause, Torres s'est retrouvé à la conclusion d'un contre bien mené par Angel Correa et il n'a eu qu'à pousser le ballon au fond de la cage vide (43e) pour faire chavirer le stade Metropolitano. Il a alors couru jusqu'au poteau de corner, effectué une glissade sur les genoux et embrassé son maillot face à la tribune.
« Le Gamin » a ensuite doublé la mise avec intelligence (63e) avant d'aller communier au bas de la tribune avec les ultras de l'Atlético qui l'ont enlacé comme l'un des leurs. Et le public, conquis, a pu chanter « Fernando Torres, lalala lalala » sur l'air de la célèbre chanson « Can't take my eyes off you »...
La soirée a été plus mitigée pour les Français puisque Hernandez a été exclu, recevant un second carton jaune pour une obstruction grossière (64e).
Quant à Antoine Griezmann, entré à l'heure de jeu, il a été reçu par un mélange de sifflets et d'applaudissements. Signe que le flou entretenu par l'attaquant, pressenti pour rejoindre Barcelone, commence à agacer les supporters « colchoneros », même après son doublé retentissant mercredi en finale contre Marseille.
Si une partie du public a scandé son nom, d'autres ont choisi de conspuer "Grizi". Il pourrait bien avoir joué dimanche son ultime match avec l'Atlético.

Read more: https://www.rds.ca/soccer/europe/liga-de...

Actual news in your location


Similar news

Melania Trump en visite à la frontière avec le Mexique 0 0 0
La Suède pourrait renverser un géant 0 0 0
Qu’arrivera-t-il aux milliers d’enfants de migrants déjà séparés de leurs parents? 0 0 666
Médecins sans frontières éclaboussé par des allégations d'inconduite sexuelle 0 0 666
L'avenir de Daniel Ricciardo bientôt décidé 0 0 0
Police board to consider military-style assault rifles for some front-line Hamilton officers 0 0 0
Réunir les familles séparées à la frontière, une tâche titanesque 0 0 0
Girl drowns in family pool in Saint-Amable, east of Montreal 0 0 0
Le duel Hamilton-Vettel en terre inconnue 0 0 0
Lanigan woman survives bear attack at Saskatchewan lake 0 0 0